La nappe phréatique de Seine-et-Marne polluée

Publié le

26/05/09

Il faut absolument bannir l'utilisation de pesticides dans nos jardins et faire circuler cette information notamment auprès des agriculteurs !



La nappe phréatique de Seine-et-Marne polluée : banir d'urgence les phytosanitaires

publié le 05 mai 2009 sur Localtis.info

Une regrettable étape vient d'être franchie dans le constat de pollution des eaux franciliennes aux pesticides : des traces de glyphosate, une molécule issue d'un désherbant répandu, ont été détectées dans les eaux de la nappe de Champigny, qui alimente en eau un million de Franciliens. Le signal d'alarme est tiré par l'association Aqui'Brie qui s'appuie sur les analyses d'eau réalisées en 2005 par le réseau de surveillance de la nappe, constitué d'une soixantaine de points de contrôle. Suite à cela, Eau de Paris a confirmé une présence effective, constatée depuis deux ans mais ne dépassant pas les normes de potabilité. En bref, cela fait donc plusieurs années que cette molécule phytosanitaire est présente dans la nappe, après avoir été charriée par les eaux superficielles.
"Dans les rivières, le glyphosate arrive en tête des phytosanitaires détectés et comme cette nappe est alimentée par ces rivières, on se doutait qu'il y arriverait un jour. Des rivières jusqu'à la nappe, le produit se dégrade mais cette teneur croissante de glyphosate, détectée en deux points de la nappe, reste inquiétante car les désherbants dont il est issu sont toujours massivement utilisés, tant par les particuliers que par les communes", alerte Agnès Saizonou, à la tête d'Aqui'Brie.
Sur le secteur de cette nappe aquifère, qui couvre 223 communes de Seine-et-Marne, cette association incite les agriculteurs, les propriétaires de golfs, les particuliers et les services des collectivités à changer leurs pratiques. "Cette présence de glyphosate, molécule encore autorisée, tout comme celle d'atrazine, interdite depuis des années mais toujours présente dans la nappe, démontre bien que la seule solution est d'agir à la source, en ne désherbant plus chimiquement. On porte donc ce message auprès des élus depuis 2003", précise Agnès Saizonou. Pour l'heure, 115 communes du secteur se sont engagées à réduire le recours aux phytosanitaires, 85 ont signé une charte, 5 ont stoppé le désherbage de voirie et une petite commune a radicalement banni l'usage de phytosanitaires par ses services. Résultat, sur 55 de ces communes dernièrement sondées, la réduction du volume de phytos utilisés atteint 70% en moyenne. Principaux constats tirés : l'appui politique des maires est nécessaire pour changer de pratiques, plusieurs services sont souvent à mobiliser sur le sujet et les cimetières représentent l'un des derniers lieux de résistance aux politiques de réduction engagées.



Lire également l'article du Parisien.fr

Du désherbant dans la nappe phréatique

Des traces de désherbant ont été détectées dans la nappe de Champigny qui alimente 1 million de Franciliens. Les normes ne sont pas dépassées mais l’inquiétude est de mise.

Pour la première fois, des molécules actives de glyphosate, issues de désherbants systémiques, ont été détectées dans les eaux souterraines de la nappe phréatique de Champigny. Des produits utilisés par les particuliers et des formules professionnelles qui servent aux agriculteurs ou aux services techniques des collectivités locales.

Le signal d’alarme est tiré par l’association Aqui’Brie, qui oeuvre pour la protection de cette nappe située sous un tiers de la Seine-et-Marne et les pointes est de l’Essonne et du Val-de-Marne (223 communes).

Ce réservoir géant dessert en eau 1 million de Franciliens : à Paris, dans le Val-de-Marne et en Seine-et-Marne. « Depuis plusieurs années, le glyphosate et l’Ampa, son produit de dégradation, étaient très présents dans les eaux superficielles. Désormais on sait qu’ils ont atteint la nappe phréatique », constate Agnès Saizonou, directrice d’Aqui’Brie, commentant des études menées depuis 2005.
De son côté, Eau de Paris, qui pompe près de Provins pour alimenter la capitale, confirme. « Nous avons trouvé ces molécules dès 2007, mais toujours en dessous de la norme », assure Jean-Michel Laya, responsable de l’unité eaux souterraines. Le glyphosate, l’un des composants du fameux désherbant Roundup de la firme Monsanto, a été détecté à l’est du département à hauteur de 0,062 microgramme par litre, et l’Ampa à l’ouest, à hauteur de 0,05 microgramme par litre, alors que pour les deux, la norme prévoit un maximum de 0,1 microgramme par litre d’eau. Les Parisiens sont invités à se rassurer : « L’eau distribuée dans la capitale provient de différents captages.
Ce mélange réduit fortement la teneur en glyphosate des eaux consommées », précise Jean-Michel Laya. Les habitants de la banlieue, eux, n’ont pas droit à cette dilution.

Lire la suite Parisien.fr

Publié dans Ecologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article